rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Arielle, le 26/04/2016

Oh Poney
Toi que je ne connais pas.
Toi que je voulais connaître.
Toi qui impreignes mon corps.
Toi qui es si fort.

Arielle , Genève, 8 ans ans

 

 

Timothée, le 13/03/2016

Mille et une journées différentes
------------------------------------

Un jour
Deux jours
Trois jours
Voila trois jours que je cherche quelque chose
à trouver
Mais ce quelque chose ne vit que pour être
cherché...



Ah tiens ! je l'ai trouvé.

Timothée , paris, 12 ans

 

 

Alexis, le 17/02/2016

Dans le monde de mes reves
il y a les koalas
ils aime les chocolats
avec les noix de coco
dans le chocolat chaud

Alexis , Sherwood Park, 9 ans

 

 

Khadija, le 09/12/2015

La paix dans le monde
Arrêtez de nous contrôler
D’empoisonner nos pensées
Pourquoi ne pas vivre en liberté
Où tout le monde s’aimerait !!
La paix régnerait
Et la colombe s’envolerait
Prière d’arrêter
Et ayez de la volonté

Khadija , Toronto, 10 ans

 

 

mister utopie, le 17/08/2015

Mes idioties

Moi je ne pense qu'a certaines idioties certaines
sont belles, belles comme la nuit oui la nuit, elle
qui te désarçonne et t'envoie dans des océans de
joies, dans des lacs de désarroi ou dans des prisons
d'effroi oui la nuit,voila où je vis.

mister utopie , paris, age infini ans

 

 

Essihi Zine El Abidine, le 26/02/2015

La vie morte

Flamboyant, pauvre, misère
Criai-je soudain, la main morte
La peau sanglante
Hanté de peur, défini de bonté
Sur les toits, dans les bais, dans les champs
Ils et elles, tirèrent, déchiquetèrent, entendirent le cri du mort

Et moi j'étais
Et je serai
Juxtaposé d'une chaleur
Terreur, on cherchait, dans les vieux sacs de maïs
Quelque graine, racine, pot, fruit, rien
Et dans l'île se trouvait
Une cheminée
Et le bois des arbres penchés
Comme la fable, sans le fromage
Et quoique je fusse généreux
La main au poche, présenter à eux
Les plus sucrées friandises,
Les plus étranges, succulentes choses
Narrer les plus belles histoires de mes âges
Donner les merveilleux cilices
Tenu ma main cette fois
Scandaleux je peux être
Mais aimer la vie est de ma vertu

Une flamme rouge était dans l'île
Un étang, des pommes, des vêtements
Que du bonheur, que du malheur
Né moi je suis,
Depuis le jour,
—Après le jour
Que j'était sorti d'un ténébreux monde
Pour entrer à un plus noirci-
Quand... Je vivais
Je mourus.

Essihi Zine El Abidine , El Jadida, 16 ans

 

 

fouqué, le 27/01/2015

dans le désert
mes pieds s'enfoncent dans le sable clairs
je guette une ville à l'horizon
qui est sans histoires et sans raisons
le chemin est fait de pleurs
et de chaleur
les vautours
me tournent autour
ce monde est rempli de guerre
et de misère
c'est une terre glacée
une terre brulée
que les hommes nous on laissé

fouqué , nantes, 13 ans

 

 
pages résultantes :1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70
 
Recherche :