rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Bednarz, le 29/04/2005

Les mots qui s'envolent
Vont dans les nuages.
Les mots qui te blessent
Eux restent là.
Ces mots qui te laissent
Tellement peu de courage .
Pour affronter
Tes propres messages.

Bednarz , Chambéry, 14 ans

 

 

m@rine (ou Little Snoopy), le 29/04/2005

Coucou à tous !
Voilà mon tout dernier poème, que de peine que de peine, l'inspiration a mis des mois à revenir...

Bisous à tous les petits poètes ainsi qu'au jardinier ;-) !

***

Quand les mots reviennent...
(à Massi, mon tendre amour depuis bientôt un an !)

Une page blanche, et soudain les mots se dessinent
Si longtemps que les rimes s'étaient endormies
Au creux d'un coeur où les douleurs assassines
Meurtrissaient de chagrin ma si fragile poésie.

Besoin de dire, envie d'écrire, tout simplement
Dessiner la tendresse de mon coeur apaisé
Les mille douceurs de chacun des instants
Où ma peau frissonne sous tes tendres baisers.

Les jours sans toi j'apprivoise ton absence
Comme une onde capricieuse, fugace et volage
Qui se joue de moi et de l'unique espérance
Qui renaît tendrement au fil des pages.

Je tiens le bonheur entre mes mains, enfin
Et je tiendrais bon si tu restes près de moi
L'orage se fait plus rare et les jours plus sereins
Les questions demeurent mais l'amour ne faiblit pas.

Il y a ce "Toi" et mes blessures qui se pansent
Tu es toujours là, quelque part en moi
Et quand vient le trop envahissant silence
Je me sens bercée par le son de ta voix.

Si triste d'avoir perdu la magie de ces mots
Tant de peine, soudain, à retrouver le chemin
Des vers qui s'inscrivent sans le moindre repos
Et qui dessinent du rêve sur mes jours incertains.

Mes maux se transforment au fil du temps
Alchimie du bonheur, tendresse, peau contre peau
Ils deviennent mots d'amour audacieux, frissonnants
Pour adoucir tes pensées d'un éternel écho.

Reprendre enfin confiance en moi, en la vie
Me nourrir d'espoir comme on se nourrit d'amour
Avoir besoin de toi qui me guide et me suit
Au fur et à mesure que défilent nos jours.

Je respire notre amour comme un unique bonheur
Comme si les heures était à nous pour un court instant
Comme si notre chance était venue d'ailleurs
En dehors du monde, de l'espace et du temps...

***

m@rine (ou Little Snoopy) , Rennes, 20 ans dim ans

 

 

etienne anais, le 27/04/2005

mon automne

odeur des pluies de mon enfance
dernier soleil de la saison!
à sept ans comme il faisait bon
apres d'ennuyeuses vacances
se retrouver dans la maison!

la vieille classe de ma mere.
pleine de guepes ecrasees,
sentait l'encre,le bois,la craie
et ces merveilleuses poussieres
amassées par tout un été.

au temps charmant des brumes douces,
des gibiers,des long vols d'oiseaux,
le vent souffle sous le preau,
mais je tiens entre paume et pouce
une rouge pomme à couteau.

Merci de nous faire partager ce joli poème de René Guy Cadou. Le jardinier

etienne anais , st jean de boiseau, 12 ans

 

 

zoé, le 26/04/2005

Maman...

Maman tu es belle comme la mer
Comme la terre
Et même plus belle
qu'une sorcière !

zoé , Montgeron, 11 1/2 ans

 

 

p'tite coco, le 24/04/2005

Le messager

Mon regard tourné vers ce ciel pur, étoilé
Dans la voûte céleste, une obscure clarté
Je détourne le regard pour voir cet oiseau
Qui se blottit alors dans le creux de mes mains
Je lui chuchote à l’oreille ces quelques mots
Envoles-toi sans t’arrêter jusqu’au matin
Encor plus haut, toujours plus haut vers les nuages
Ne t’arrêtes pas, vole vers de nouveaux cieux
Ce n’est que lorsque tu auras vu son visage
Ce n’est que lorsque tu apercevras ses yeux
Que tes ailes cesseront de battre, libérées
Pose-toi près d’elle et souffle lui mes pensées
Et dit-lui qu’elle me manque infiniment
Que je l’attends à chaque nouveau firmament
Dit lui ce que je n’ai jamais osé lui dire
Que je l’ai aimé jusque son dernier soupir…
Surtout, j’attends son retour avec impatience
Pourtant je sais qu’elle ne reviendra jamais
Mais je te confie cependant mes espérances
Essai tout simplement de me la ramener
Pour cela tu devras rattraper le passé
Qu’elle puisse alors avoir une nouvelle chance
Si par malheur tu échoues, moi j’irai Là-Haut
Le temps que des ailes me poussent sur le dos
Je volerai vers cette étoile dans le ciel
Avec Elle à nouveau dans ce monde Eternel…

p'tite coco , lésigny, 17 ans

 

 

Anaïs E, le 24/04/2005

Mes 12 ans

avoir 12 ans c'est bien
une bougie de plus
avant j'étais petite
douze ans c'est amusant

treize c'est encore mieux
et surtout grandir
c'est la liberté
la liberté de vivre

Anaïs E , Saint Jean de Boiseau, 12 ans

 

 

Charlotte, le 24/04/2005

Le chat


le chat est un petit coquin
il joue,il miaule et saute partout.
il est habile mais pas débile.
il mange du thon mais pas Gaston.
il retombe toujours sur ses pattes
mais ne mange pas de pâtes.
il nous fait toujours des câlins
mais il est très malin
et quand nous endormons il part
pour jouer,miauler et sauter partout.

Charlotte , Bougenais, 8 ans

 

 
pages résultantes :114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183
 
Recherche :