rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Lea F, le 03/02/2005

ECHECS
Voyant défiler
Les bons Cavaliers,
Voyant gouverner
Des Rois impassibles
Observant de leur trone
Leur futur et leur passé,
En rang,en marchant,
Déroulant les bataillons;
Regardez-donc la Reine,
Fière de son allure,
C'est la formation complète:
ECHECS.

Lea F , Milan, 9 ans

 

 

essahli, le 03/02/2005



Paix ou pas
pourquoi faisons nous la guerre,pour faire des victimes
pourquoi faisons nous du mal au pauvres enfants
pourquoi tuez vous les parents d'un propres enfants
espèrons la paix un jour dans le monde
Un monde sans haine ça c'est le meilleur


essahli , metz, 10 ans

 

 

Marion G, le 02/02/2005

Au Sri Lanka..


Je me suis éveillée tout encore engourdie
Du bonheur de la veille. Noël quelle fête !
Il est dix heures du matin
Devant mon lait blanc et mes tartines dorées
Dans mon insouciance, mon ignorance
Du malheur, j’écoute une chanson
Ma mère entre, comme une ombre, un souffle, le visage bouleversé
J’arrête de déjeuner et demeure perplexe
Que se passe-t-il ?
Elle s’approche de la radio
Le grésillement du changement
J’entends la voix de Claire Chazal, présentatrice aux informations.
« Déjà une centaine de morts
Encore des disparus… »
« Les vagues ont tout emportés… »
« Un monstre d’une quinzaine de mètres »
« Tout est détruit… »
Sans m’en rendre compte
Mon bol de lait blanc s’est renversé
Mes tartines dorées sont trempées
Ma chemise de nuit mouillée
Quelle importance ?
Mon cœur semble s’arrêter
Ma bouche laisse échapper un étranglement
Je me lève et allume la télévision
Que d’images de mort
De morts
De Mort
Des cris, des sanglots, des appels à l’aide
Mais rien
On ne peut rien faire
Je suis dans un salon, je ne peux que penser à eux
Tout disparaît devant nos yeux
Devant leurs yeux
Que fais-je ici
En chemise de nuit
Avec mon lait blanc et mes tartines dorées ?
Avec les emballages de cadeaux
Avec les gâteaux, les chansons, le bonheur,
La joie, l’extase, la vie
Que fais-je ici ?
Je dois me battre pour ceux qui ne peuvent pas
Et eux là-bas
Criant, pleurant, courant
Courant pour survivre, pour s’échapper, pour se sauver
Puis emportés, emportés par la vague.
Cette mort bleue eux griffes blanches et amères.
Cette destruction massive.
Cette fin pour leur vie…
Mais que fais-je ici ?
Dans mon pays ?
Pourquoi eux là-bas ?
Ne peut-on pas les aider ? les sauver ?
Pourquoi pas la France
Au lieu du Sri Lanka ?
Pourquoi eux et pas nous ?
Si l’on ne peut rien alors pensons à eux
Si quelqu’un, un dieu, n’importe qui
A pu commettre une telle injustice
Alors montrons tous ensembles que nous sommes solidaires
Ils souffrent et nous souffrons
Ils ont peur et nous avons peur
Ils pleurent, nous pleurons
Ils n’ont plus d’espoir
Nous leur en donnerons
Ce jour du 26 décembre 2004
Une vague telle le sang de la Terre
Tel le sang de ma chair
Une vague a saigné
Et a tout emporté…



Ce texte n'est pas seulement un poème, c'est également un appel a tous ceux qui pourraient aider l'Asie !

Marion G , Morainvilliers, 14 ans

 

 

Rachel, le 02/02/2005

T ERREUR
SOLITUDE
LES PAYS DANS L`UNISSON
NUIT
AMOUR
MAISON EN RUINES
INDIVIDU SEUL

Rachel , Grantham, 14 ans

 

 

Em, le 02/02/2005

M échant
E lles ronronnement beaucoup
S ommeil tout les temps

A ttrapeur souris
M oustaches blancs
I mpatient pour la nourriture
S linky et Pepsi

L angue de chats
E lles écoutent ma musique
S e lassent rapidement

C ombats l’une l’autre
H eureusement oiseaux de chasse
A udace
T ache de blanc poils
S cintiller cols

Em , Grantham, 13 ans

 

 

Vanessa C, le 02/02/2005

AMOUR SILENCIEUX


Cher ami, amour de mon coeur
J'aimerais tant tout t'avouer, mais j'ai peur
Peur d'un refus, peur que ta réponse me blesse
J'ai si mal, ton indifférence m'agresse.

Toi que j'aime silencieusement
Au fond de mon coeur, je te regarde précieusement
La crainte me paralyse, je garde le silence
Voilà pourquoi c'est de la démence.

Comment te dire que je te veux
Pas comme ami, mais comme amoureux
Je ne veux pas le crier sur les toits
Je veux simplement que l'on s'aime, toi et moi.

Que faire de cette peur et de cette gêne ?
Aide-moi afin que les mots s'enchaînent
J'étouffe dans ce silence malsain
Que j'espère bien briser demain.

Vanessa C , Mont-Joli, 16 ans

 

 

Chloé, le 31/01/2005

Je suis allée marcher
Dans une foret ensorcelée
J'ai vu une pauvre sorcière qui volait
J'étais emmerveillée
Comme dans un rêve imaginaire
Je suis tombée par terre
Je suis dans mon lit
La nuit se finit

Chloé , Toulon, 7 ans

 

 
pages résultantes :134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203
 
Recherche :