rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

elisabeth, le 09/11/2004

J'ai broyé du noir
Et renié l'amour
Mais j'ai repris espoir
Et veux aimer chaque jour
Grâce à une amie
Et pour cela merci.

Merci pour ton aide Laura


elisabeth , liege, 14 ans

 

 

Elisabeth, le 09/11/2004

L'espoir existe ne faites pas comme moi, n'oubliez pas.

Elisabeth , Liege, 14 ans

 

 

dorothée Beauval, le 08/11/2004

Petite princesse aux mots rose
Qui croit que le monde est de cette couleur
Je peux te dire qu’il vire au noir
Dès qu’on est en désespoir
Continue de le voir ainsi
Oublie chaque dispute
Chaque ennui
Tu as raison de vivre ta vie
Je t’aime et ça a l’infinie
Ma princesse Ma belle Mon génie
Tu me donnes le sourire
A chaque fois que tu ries
Ta petite frimousse
Et tes belles dents
Je t’aime mon enfant.

dorothée Beauval , La bassée, 18 ans

 

 

amy camara, le 07/11/2004

Je vous fais un gros bisou

amy camara , Les lilas, 9 ans

 

 

kris, le 07/11/2004

J'avance dans l'ombre,
qui peu à peu devient lumière.
J avance dans cet univers,
qui se joue sur un filet d'onde.

kris , dans le 13, 18 ans

 

 

Elisabeth, le 07/11/2004

Bonjour, je vous écris pour vous parler de Jean LIMET.
Il est l'auteur d'un livre appelé "Jean Limet fait trois petits tours." Il a été offert par M. Limet lui-même à ma grand-mère, Cécile Zaccaro, en 1953.
C'est un très bon poète. Voilà tout ce que je sais de lui.

A bientôt et merci.

Elisabeth , Liège, 14 ans

 

 

idrylle, le 07/11/2004

le 01/11/2004

Je vois la route grise et monotone
la porte de ma maison.
J’entends le téléphone sonner
une voix grave me dit de venir à l'hôpital.
Je vis ce moment ou saisissant mon portable
mon coeur battait à exploser.
J’ entend la voiture rouge de ma mère
j’ vois les murs blanc de la chambre d'hôpital
les infirmiers hurler leur joie
et ta mère mon Thomas chanter l'espoir.
J’entends l'infirmier le souffle apaisé me dire que tu avais prononcer mon nom.
Je vis cet instant où je renais
où la vie me semble rose.
Toi mon Thomas sorti de ton comas
Thomas je t'aime.


merciiiiiiiiiiiiiii au jardinier


idrylle , , 12 ans

 

 
pages résultantes :148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217
 
Recherche :