rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Louise R, le 28/09/2004

Horreur!

Quelle fut mon horreur
Quand j'appris que nous, européens, mangions pour Trois,
Polluions pour six
Et cultivions pour une seule personne!

Les asiatiques et les océaniens, eux,
Représentent neuf quinzièmes de la population
Et qu'ils cultivent pour sept,
Et ont à peine de quoi nourrir deux pour cents de leurs habitants!
Si ils vivent dans cette misère, c'est que, nous, européens et américains, leur prenons leur seule richesse.

J'éspère que mon message nous aura tous fait un peu réfléchir sur le monde et ses habitants, la vie et ses injustices et sur la terre et ses richesses.

Louise R , Montpellier, 12 ans

 

 

emma la plus belle, le 28/09/2004

L'automne

une saison trés belle
avec des tas de feuilles
jaunes rouges vertes
chaque feuille
à chaque couleurs
le vent passe
doucement dans mon dos
je sens l'odeur de l'automne
un coeur est caché la haut
qui montre le bonheur
la joie de l'automne

emma la plus belle , lille, 5 ans

 

 

Clarisse, le 28/09/2004

Nous venons de tous les coins de la terre
Nous sommes de chaque coté de la mer
Que nous soyons noirs ou blancs
On nous appelle enfants.

Nous sommes tous différents
Nous vivons de
Mais nous sommes innocents
On nous appelle enfants.

Certains sont riches
D’autres non pas même une miche
À ce mètre sous la dent
On nous appelle enfants.

Il y en a qui parlent richement
D’autres sont juste mendiants
Mais nous rêvons tous, doucement
On nous appelle enfants.

Certains de nous sont méchants
D’autres gentils, infiniment
Mais nous sommes tous vivants
On nous appelle enfants.

Il y en a qui marche en regardant
Toujours droit devant
D’autres appellent encore leur maman
On nous appelle enfants.

Je pourrai continuer comme sa infiniment
Mais je pense que c’est la fin maintenant
Une chose est à retenir naturellement :
On nous appelle enfants.

Fermer les yeux tranquillement
Et imaginer, lentement
Une terre sans enfants
Ces petites choses qui volent comme le vent.

Nous sommes indispensables, maman
Car nous sommes des enfants
Et quand nous serons grand
À notre tour nous aurons, des enfants.

Clarisse , Paris, 14 ans

 

 

Julie D., le 28/09/2004

Un poème juste pour toi

Un poème juste pour toi
Voilà ce qui nous unit toi et moi
L'amour que je te porte depuis mon premier jour
Ne cesse d'augmenter chaque jour.

Que serais-je sans toi
Me serrant si souvent dans tes bras
Et avec tes paroles rassurantes
Qui me permettent de redevenir contente.

Mamam tu es la personne la plus gentille
Et avec ce poème
Je te dis je t'aime

Julie, ta fille

Julie D. , Reims, 14 ans

 

 

Olivier B, le 24/09/2004

Maman,
toi qui me donne de la chance et bien sûr
l'espoir et de la force
je t'écris ce poème
pour te prouver mon amour.

Olivier B , Montréal, 9 ans

 

 

Demeyere, le 23/09/2004

Pour créer un papillon
-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-

§ Pour créer un papillon
Prenez votre crayon §
§ Avec de belles couleurs
Les couleurs du bonheur §
° Pour le corps , des ailes
Qui ressemblent à des ficelles °
° Et des fines antennes
Qui font penser à une reine °

* Sur les ailes , des petites formes
Des petits ronds couleur citron *
* Ou des petits traits pas trop longs
Et des fleurs couleur vert-pomme *

~ Notre joli papillon
Peut enfin tourner en rond ~
~ Mais attention aux gros bourdons
Il faut éviter les boutons ! ~
-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!-!--

Demeyere , Tournai, ... ans

 

 

Jodie, le 23/09/2004

Pour un monde meilleur

Connaissez-vous l'histoire de la femme rêveuse?
Le monde était de meilleure humeur
La haine était partie
Les voitures étaient ailleurs
Le racisme et la guerre étaient partis
La nautre était jolie
Les hommes étaient égaux
Ce monde était neuf
Puis l'homme se réveille
Et sa vie continue.

Jodie , moustoir ac, 16 ans

 

 
pages résultantes :159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228
 
Recherche :