rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Marjorie M, le 19/09/2004

Comme promis, voici un poème que je trouve bien moins triste que les précedents...
Qu'en pensez-vous?
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Pouvez-vous m’expliquer à quoi servent les poèmes ?
Ils nous servent bien lorsque l’on a des problèmes,
On change le monde grâce à ces simples vers.
Un poète regarde le coucher du soleil
Comme s’il voyait pour la première fois le ciel
Ensuite, il part dans sa chambre et s’enferme,
Il se pose sur son petit bureau d’ébène
Où traînent un paquet de cigarette et un verre,
Il ferme les yeux et met sa tête en arrière,
Et il sent son être doucement disparaître …
Il est au milieu de tous les corps célestes,
Poussière, pataugeant dans le système solaire…
Il ouvre les yeux, un large sourire aux lèvres,
Il sait que son poème sera parfait…
Il fait déjà nuit, il allume sa lumière
Et écrit ce qu’ont vu ses ailes imaginaires…
A deux maisons d’ici, un homme a de la peine,
Il laisse couler des larmes d’oxygène
Et a très envie de quitter notre terre,
Mais il prend un crayon comme arme, et il se tait
Sur une feuille, il exprime sa tristesse.
Le lendemain, il a oublié ses faiblesses
Chaque lettre qu’il a écrit en secret
Lui a donné de l’eau du fleuve du Léthé…
Certains poètes ont besoin d’écrire pour oublier,
D’autres le font pour tout immortaliser,
Dans les deux cas, la poésie n’est que lumière
La poésie est pour eux une mer d’air…

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
A très bientôt je l'espere!
Demain je serai etudiante! J'espere que cela ne m'empêchera pas d'ecrire!
Bisous



Et bien moi j'aime beaucoup ton poème. Merci Marjorie et ... Vive la poésie. Le jardinier






Marjorie M , Sarcelles, 17 ans

 

 

Claire M, le 19/09/2004

La blanche ecole
La blanche école où je vivrais
N'aura pas de roses rouges
Mais seulement devant le seuil
Un bouquet d'enfants qui bougent

On entendra sous les fenêtres
Le chant du coq et du roulier
Un oiseau naitra de la plume
Tramblante au bord du roulier

Tout sera joie!Les têtes blondes
S'allumeront dans le soleil
Et les enfants feront les rondes
Pour tenter les gamins du ciel.

Claire M , 78000 Versailles, 10 ans

 

 

Guengad, le 19/09/2004

Je n'ai pas toujours les mots qu'il faut
J'ai mes ennuis, j'ai mes défauts
Il y a des fautes d'impression
Des " je t'aime " un peu brouillon

Toutes ces maladresses
J'ai tellement peur que tu me laisses
Puisque tu sais le temps qu'il m'a fallu
Pour arriver au coin de ta rue
Te donner, sans attendre, mon sourire
Tout ce que je n'ai pas eu le temps de te dire

Comme tu le si bien
Serait - ce le destin
Ma mère m'a volé les étoiles du ciel
Pour les mettre dans mes yeux
Elle a aussi pris des arcs - en - ciel
Pour les mettre dans les tiens
Et les faire disparaître dans les miens
Avec tous ses espoirs et ses ailes

Dans cette chambre qui part vers le silence
Malgré ta présence mais aussi ton absence
Laisse moi une parole, un espoir
Je pense à nos corps
Entrelacés , même à tort
Sans le dire, mais y croire
Et y penser encore plus fort

Peut - être que la distance nous sépare
Mais nos sentiments nous raproche
Peut - être que la différence d'âge nous sépare
Mais nous sommes pourtant toujours aussi proches

Je succombe lorsque tu laisses poser
Ta main sur moi comme ça
Je frissone d'amour quand je sens,
Ton souffle derrière moi
Je m'éteinds comme une flamme
Lorsque tu n'es pas la
Je tremble comme une feuille au moindre frisson
Quant tu es la !!

Pour Alex ( qui es surement la personne que j'aime le plus au MONDEEEEEEE !!! )

Signé : RIRI

Guengad , Montigny-les- cormeilles, 14 ans

 

 

Milie, le 19/09/2004

La muse mystérieuse

On l’aperçoit toujours au loin, un visage flou
Faisant virevolter sa robe blanche diaphane
Dans un éclat de rire, levant des yeux doux
Elle vous regarde un instant, vierge courtisane

La voilà qui court se cacher dans les fougères
Ne vous jetant qu’un coup d’œil mal assuré
On ne distingue plus que sa tenue légère
Qui trahit sa présence, ses gestes apeurés

Elle n’a pour nom que le bruissement du vent
Libre comme lui, elle vous suit, elle vous frôle
Ses cheveux vous chatouillent comme une enfant
On la sent parfois ainsi, par dessus notre épaule

Mythique, elle ne vous parle qu’avec les yeux
On l’entend rire en écho, du moins on le croit
Elle vous trouble comme personne ne le peut
Elle est muse, illusion, ombre d’autres fois

Je la côtoie dans mes songes, dans l’opacité
Parfois elle m’apparaît, sous une faible pluie
Souvent elle sourit, elle ose des regards amusés
Mais hier, sous l’orage, elle pleurait sans un bruit

Elle a jeté sur mes écrits une tristesse infinie
Ses yeux bleus désemparés m’ont bouleversé
Ils noyaient sa robe, décoloraient ses habits
Depuis ce jour, je ne vois que ses pleurs versés


Bonjour à tous les nouveaux et tous les anciens, évidemment!


Milie , St-Charles-Borromée (Québec) Canada, 18 ans

 

 

Baby Wolf (Lou), le 19/09/2004

Ouf ! Enfin le temps d'écrire quelques lignes... Mais je
suis incapable de dire si ces phrases sont plutôt dans
une tonalité gaie ou triste...

Crois-tu que ces chaînes pourraient être brisées ?
Que nos vies en fin de compte finiraient séparées ?
Que ce temps de bonheur prendrait fin si
négligemment ?
Que nos routes se croiseraient, mais sans plus de
sentiments ?

Pourrais-tu laisser faire ce que ton coeur ne désire ?
Accepter simplement que tu ne puisse réagir ?
Oublier ces instants qui bâtirent tout un rêve ?
Sans attendre plus longtemps que le jour ne se lève ?

Mais tout ceci ne peut être prémonitoire,
Et là, je pense pouvoir affirmer le savoir,
Comment pourrait-il se produire une chose pareille ?
Ce ne pouvait être qu'un tissu de sommeil...

Un poème écrit dans un court instant de doute...
L'inspiration ne me sera-t-elle revenue que pour écrire
des peurs sans fondements ? En tout cas j'espère bien
que non ! Enfin bon... Tout ça pour conclure avec pleins
de bisous pour tous les p'tits poètes, et bien sûr au
jardinier !

Baby Wolf (Lou) , l'hay les roses, 14 ans

 

 

julie F, le 18/09/2004

La forêt

Theâtre des arbres
Chorale des oiseaux
Recueil de silence
Purification de l'âme
Château des chevreuils
Enchantement et harmonie
Tu es si belle
Mais, tu es si fragile
Que ma peur de ta destruction
Me rend en tention
Ma jolie forêt,je te dédie ce poême.
Pour les amoureux de la nature...

julie F , Fougères, 18 ans

 

 

Julie F, le 18/09/2004

La guerre...
La voix douce de ma mère
Les bruits des pas de mon père
Ont embelli ma vie
Ainsi que le rire de mes amis

Tous ses bruits si heureux
Qui éclairaient ma vie
N'existent plus
Ma mère n'est plus
Mon père n'est plus
Je n'entends plus
La guerre m'a rendu nu

J'ai combattu
Et, aujourd'hui je suis devenue
Une douce jeune fille...
Pour une camarade de classe sourde et muette...

Julie F , Fougères, 18 ans

 

 
pages résultantes :160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229
 
Recherche :