rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Un autre, le 09/05/2004

"Le vent emporte les feuilles mortes",
Voilà ce que disait ma mère.
Mais quand l'automne prendra la porte,
Sera remplacé par l'hiver,

Il viendra toujours me hanter.
Car il faut plus qu'un coup de vent
Ou que l'usée force du temps
Pour que je puisse l'oublier.

Un autre , Tecla, ville invisible, 18 ans

 

 

Mégane, le 09/05/2004

Maman
Laisse moi te dire ces petites choses, tu es la plus jolie et la plus gentille
Pour toi maman chérie, je sacrifierai ma vie, pour te sauver de tous dangers
Je te donnerai ceci: Une branche de bonheur, une feuille d'amour, une plante de rire, et une fleur d'obéissance.
Quel beau bouquet, bizarre mais coquet...
Et tout cela rien que pour toi
Je t'aime maman

Mégane , Bière Suisse, 11 ans

 

 

Marine plus souvent appelée Little Snoopy, le 08/05/2004

Merci à B. Célia (de Romainville) pour son adorable message, cela me va droit au coeur !

Merci encore !

Marine plus souvent appelée Little Snoopy , Pommerit Jaudy, 19 ans

 

 

Marine plus souvent appelée Little Snoopy, le 08/05/2004

Apprivoisée
(à Massi, mon tendre soleil !)

Les mots reviennent après quelques temps d’absence
Comme s'ils avaient attendu le bon moment
Pour faire renaître en moi la tendre espérance
D'un coeur adoucit pas ce précieux sentiment.

Vouloir soudain te dire les mots qui me démangent
Vouloir seulement t'écrire parce que l'envie est là
Laisser de côté les douleurs qui dérangent
Réapprendre à aimer au creux de tes bras.

Le bonheur me semblait si loin que je n'osais plus attendre
Alors je vivais au grès des jours et du vent
Laissant du temps aux blessures pour enfin reprendre
Le cours d'une vie paisible vécue au présent.

Puis soudain mon cœur se surprend à battre plus vite
Tu m'apportes le bonheur que je croyais perdu
Un nouvel horizon se dessine et mes rêves s'agitent
De tendres pensées que je n'espérais plus.

Je ne sais où je vais mais la confiance revient
Ma plume, elle, s'affole et retrouve la vie
Réapprend à écrire les mots heureux qui sont miens
Que je voudrais crier à ceux qui m'ont trahie.

Tout va si vite avec toi que j'ai peur quand même
Autant que toi je le sais, alors nous la partagerons
Et ferons que peu à peu espoir elle devienne
Pour nourrir nos cœur d'une tendre passion.

Je t'ai fait languir mais il faut me comprendre
J'avais besoin de temps pour mettre un peu d'ordre
Dans mon cœur, dans ma tête qui voulaient attendre
Que tout soit clair et limpide dans mon triste désordre.

Tu as su simplement prendre le temps de me connaître
Parler encore et encore de nos vies, de nos années
Comprendre les doutes de mon cœur sauvage pour renaître
Et simplement te remercier d'avoir su m'apprivoiser...

Comme quoi l'amour arrive toujours au moment où vous vous y attendez le moins !
Je suis la plus heureuse du monde depuis 4 jours alors je le crie à la Terre entière !

Bisous à tous, sans oublier le jardinier !
@+++

Joyeux anniversire Little snoopy !!! Le jardinier

Marine plus souvent appelée Little Snoopy , Pommerit Jaudy, 19 ans

 

 

Baby Wolf (Lou), le 08/05/2004

Comment te dire ce que je ressens ?
Avouer mes peurs, mes ressentiments,
Si seulement j'osais te poser mes questions,
"Si seulement"... deux mots pour tant de passion.

Et je voudrais te raconter toutes mes émotions,
Tous mes désirs, mes flammes, mes sensations,
Mais mon courage me fuit, la peur reprend place,
J'aurais besoin de temps, du temps pour faire
face.

La vie suit son cours, je ne peux l'en empêcher,
Toujours ces "tic-tac" qui reviennent sans arrêt,
Et cette voix dans ma tête qui me dit "continue",
Seulement voilà, c'est trop dur, moi j'en peux plus.

Pourtant, cette décision n'était qu'un choix
illusoire,
Devant moi, le chemin doit être tout tracé !
Je déteste cette idée, de voir mon destin contrôlé,
Et puis contrôlé par qui, j'aimerais bien le savoir...

donc, voila pour le premier... passsons au
second:

J'aimerais tant pouvoir dire mes sentiments,
seulement c'est trop dur, j'ai peur de ne pas y
arriver,
et de toute façon, ça fait tellement longtemps,
comme d'habitude, il serait capable "d'oublier"...

Et je réfléchis, comment résoudre ce problème ?
trop de doutes, en tout, quel cruel dilemne,
comment décider ? je déteste les choix !
et pourtant, la seule qui puisse les faire ici, c'est
moi...

Il n'empèche que c'est cruel, non, je ne peux pas !
et faire souffrir inutilement, quelle responsabilité,
même si au fond, je ne suis pas la seule
impliquée,
il n'y a pas d'autre choix, le mot juste: je ne peux
pas.

Mais il faudra bien que je me décide un jour,
même si pour moi, ça rimait avec "toujours",
je le sais bien, tout n'est pas éternel,
et dans mon coeur, même mes sentiments
s'emmêlent...

gros bisous à tous les ptits poètes ! et gros bisous au jardinier !
Loulou

Baby Wolf (Lou) , l'hay les roses, 14 ans

 

 

Pascal, le 08/05/2004

Ton amitié, oui elle m’est donnée,
Mon cœur, lui est submergé,
Ton amour, d’une odeur parfumée,
Succombe parmi tant de rayons,
Formant ainsi l’horizon,
D’un geste passionné je caresse ton visage,
Oubliant du même coup le temps, la vie et l’âge,
Dessinant sur ta joue, des milliers de soleils,
Je vois que rien ne serait plus pareil,
Dans tes yeux, des millions d’étoiles de ver,
Ce brun, celui du désert
Surmontent ces dunes de ferveur,
Celles qui étrangement m’effleurent,
Tel une glace oubliée, je fond,
Dans ton regard je peux entrevoir,
Le reflet d’un océan profond,
Rempli de sourires éternels…

Pascal , , 14 ans

 

 

Marie- Odile, le 08/05/2004

Les vieux amants

Les vieux amants
Se sont aimés
Et se l’ont juré
Pour l’éternité
Mais avec le temps
Ils ont oublier
Et se sont oublier
Ils se sont bien quittés.
Aujourd’hui les vieux amants
Se sont rappelés
A quel point ils s’aimaient
Mais ils se sont quittés
Il y a si longtemps
Qu’ils avaient jurés
De s’aimer
Pour l’éternité
Mais ils se sont laissés
Les vieux amants
Se sont aimés
Se sont quittés
Mais l’amour n’est pas mort
Ils s’aiment encore

Marie- Odile , Teyran près de Montpellier dans le sud de la france, 13 ans

 

 
pages résultantes :188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257
 
Recherche :