rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

m@rine + souvent appelée Little Snoopy, le 24/04/2004

Je ne me rappelle plus si j'avais déjà envoyé ce poème, mais comme je ne le trouve pas dans l'Arbre, je l'envois !

(été 2003)

Ces p'tits bouts d'amour

Que reste-il de ces amours perdues ?
De ces amours volées, volages, voulues ?
Des restes qui survivent un peu partout...
Ces morceaux de bonheur
Comme ces images qui subsistent dans chaque recoin d'un coeur
Ces souvenirs qui font du bien et ceux qui font mal
Des parcelles d'amour vrai ou de mensonges fatals
Et vouloir soudainement relire ces vieilles lettres
Les toucher, les sentir encore et vouloir disparaître
Ce tendre parfum d'amour qui émane de chaque mot
L'écriture où l'on se sent aimée, aimée vraiment et pas pour de faux
D'autres mots un peu comme ceux-là semblaient me parler d'amour
Mais n'étaient en réalité qu'un compte à rebours
Et puis bien plus tard, des poèmes qu'on brûle
Avec rage et haine sans aucun scrupule
Parce que notre amour n'était pas mérité
Encore candide et coupable d'avoir trop aimé
Les mots s'envolent en fumée mais la douleur reste quand même
La blessure indélébile, c'est comme ça quand on aime
Certains souvenirs vous emplissent de rêves et d'espoir
D'autres vous hantent, vous brûlent le cœur et rendent l'encre trop noire
L'âme est meurtrie, trahie, trompée, blessé à tout jamais
Consolée parfois par de doux regards qui ravivent le bonheur qu'on avait
S'en aller confiante et sereine vers un amour prochain
Qui sera peut-être le bon, mon unique dessein
Et garder au fond du cœur ces mots retrouvés
Ces p'tits bouts d'amour qu'on ne voudrait pas oublier.

Voilà !
@+++

m@rine + souvent appelée Little Snoopy , Pommerit Jaudy, 18 , 19 tt ans

 

 

m@rine + souvent appelée Little Snoopy, le 18/04/2004

Milie,

Moi aussi si tu savais comme je suis heureuse de te retrouver toi et tous tes poèmes qui m'enchantent toujours autant ! Effectivement il ne me semble pas avoir reçu le message dont tu me parles...

Quelle joie de retrouver l'Arbre et tous mes petits poètes chéris, je suis plus heureuse que jamais malgré que mes vacances touchent à leur fin...

Bonne continuation à tous et à très vite !
Gros bisous sans oublier le jardinier !

m@rine + souvent appelée Little Snoopy , Pommerit Jaudy, 18 ans

 

 

Chrystale, le 17/04/2004

A lui

Versaille, lieux des larmes romanthiques
M'y emmèneras-tu mon coeur? tu m'avais promis
Encore un de tes mots flous, souvenirs mélancoliques
Tu es parti sans moi, mon coeur, tu m'avais menti

Homme imaginaire amoureux pathétique
Mirâge de mon âme, pourquoi me restes-tu?
Et pour ta voix seule preuve que tu existes
l'amour sans nom sait comme un autre te mettre à nu...

Chrystale , Prisonnière du beton, 14 ans

 

 

Chrystale, le 15/04/2004

Evasion

Evasion,tendre appel auquel je reste sourde
Oh fardeau!Ailles faibles qui m'empêche de partir
Mais j'irai! et le vent fera doux mon sourire
Loin d'un coeur, d'un corps, et de pensées trop lourdes

Les mirages sont images tant que l'être y met du sien!
Le paysage dont le rivage obsède ma vision
J'y serai! un jour... car il n'y a plus de prison
Dans les plages ou la brise glisse sur le sable fin

Ballotée par les vagues, emballée par les flots
Sans parole, ni raison, ni connaissance des mots
Continuer à rêver sera ma seul pensée
Ah...Perdu profondément dans la plus grande solennité.

Chrystale , prisonnière du beton, 14 ans

 

 

m@rine + souvent appelée Little Snoopy, le 15/04/2004

Voilà encore un poème !
Je l'ai écris hier soir !
Décidément depuis que j'ai retrouvé mon arbre adoré je ne m'arrête plus d'écrire !!!

Je voudrais aimer

Je voudrais aimer et ne plus avoir peur
Me sentir protégée dans une bulle de bonheur
Noyer mes maux dans le bleu d'un regard
Retenir l'écho, faire confiance au hasard.

Oublier la noirceur des heures qui font mal
Retrouver les couleurs trop sentimentales
Un excès d'amour pour panser les blessures
Un trop-plein de jour dans mes nuits obscures.

Réapprendre l'ivresse de se donner toute entière
La trop folle tendresse d'un amour salutaire
Retrouver la confiance près deun corps amoureux
Insuffler l'espérance dans mon cœur silencieux.

J'abandonne mes vers au papier qui m'écoute
Quand ma plume solitaire veut noyer ses doutes
Dans l'encre épaisse qui raconte les instants
Où l'amère tristesse amenait les tourments.

J'ose croire encore à l'amour véritable
Au plaisir des mots d'or et des rêves ineffables
Quand l'espoir revient et me guide à nouveau
Vers l'unique chemin où trouver le repos.

Garder tendrement les pensées indicibles
Les trop rares moments où l'amour est crédible
Le bonheur est volage et les mots s'abîment
Sur les tristes pages dans la pâleur des rimes.

Ne vouloir qu'un mot sincère sans les paroles futiles
Les instants trop amers qui me rendent fragile
Trouver l'équilibre entre trop et pas assez
Vouloir être libre en restant prisonnier.

Comment être sûre de ces belles paroles
Quand la dernière blessure persiste et me frôle ?
Lire dans ces yeux les plus belles promesses
Un regard amoureux apaisant mes faiblesses.

Mes mots pâlissent quand ils parlent d'amour
Et mes yeux ternissent la douceur des beaux jours
Croyant perdre l'espoir dans mon cœur fatigué
Qui veut encore y croire… je voudrais tant aimer.

Biz' à tous !
A très vite !

Merci encore au jardinier !

m@rine + souvent appelée Little Snoopy , Pommerit Jaudy, 18 ans

 

 

Milie, le 14/04/2004

D'abord je suis heureuse de revoir Marine et ses poèmes! J'aurais aimé te dire que l'arbre était "revenu" mais tu ne semblais ne pas avoir reçu mon autre message alors .. Rebonjour! =o) Puis pour finir un petit poème!

Crise

Je perds la tête, ça tourne, ça bouge
Enragée, tout me fait voir rouge.
Je suis malade, même pas jolie
Et puis l’intelligence c’est indéfini.
Je regarde le soleil brûler dehors
Et je reste indifférente comme la mort.
Les jours me suivent en se traînant
Dieu me déteste et je le hais tout autant
Y’a rien de gai sur cette planète
Y’a plus rien qui va sur ma comète.
Pourquoi le temps et toute ces sottises?
Pourquoi je suis là à faire ma crise?

Je perds la tête, ça tourne, ça bouge
Triste : des millions de larmes coulent.
Je suis malade, même pas jolie
Et puis l’intelligence c’est indéfini.
Le soleil s’est caché derrière la lune
Et je reste tout aussi taciturne.
Les jours se suivent, maussades
La vie me hait et je la trouve fade.
Y’a rien de normal sur cette planète
Y’a la folie qui danse sur ma comète.
Pourquoi l’amour et toutes ces déceptions?
Pourquoi je suis là à me poser des questions?

Deux fois c’est plus convaincant
Alors j’espère que tu me comprends.
La simplicité c’est plus évident
Alors j’espère que tu comprends.
Bien sûr que non, évidemment
Si j’étais toi, j’en ferais autant.
Faire l’aveugle c’est plut tentant
Quand on vit dans un monde d’indépendants.

Quelle jolie balade, Milie ! Le jardinier

Milie , St-Charles-Borromée (Québec) Canada, 18 ans

 

 

Kahoual, le 14/04/2004

Aujourd'hui il fait beau,
J'aimerai qu'il fasse beau dans le coeur de tous les enfants du monde.

Bienvenue Kahoual et merci de ton message. Le jardinier etb l'Arbre s'associent à tes voeux. Que le soleil brille, que le ciel soit bleu dans le coeur de tous les enfants de la terre.

Kahoual , Bischeim, 11 ans

 

 
pages résultantes :191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260
 
Recherche :