rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Mounien Marjorie, le 02/06/2003

Le Don

Devant ce ciel parsemé d’étoiles
Tu tiens ma main, je suis en extase
Mon âme erre dans les profondeurs abyssales
Mon esprit flotte dans l’air céleste…

Mais pourquoi ton regard porte un voile ?
Le secret de notre Terre tu évases…
J’ai mal à la main, tu es tout pâle
Tu ressens toute la douleur de la Terre

Mais moi je ne vois que la beauté
Brume de vapeur rose, viens à mon aide
Par ce mal mon homme est exténué
Essaie d’épurer notre Terre mère !

Mais je vois déjà le brouillard
Et toi qui souffre de plus en plus
Tu n’es pas le seul, la terre en a marre
Dans ce monde la réalité n’est plus…

Mounien Marjorie , Sarcelles, 16 ans

 

 

Millye Venusa, le 02/06/2003

Tout droit sortie de mon cours de français de tout à l'heure (je sais, j'aurais dû écouter), je vous envoie mon tout nouveau poème... Je ne lui ai pas trouvé de titre. C'est pas grave.

... A toi, Yacine, que je ne pourrais oublier.

Je voulais partir n'importe où
Je voulais m'éloigner de nous.
J'ai souffert de mes espoirs lassés,
J'ai souffert d'avoir trop aimé.

J'étais ivre de départ,
Ivre de notre histoire,
Ivre de tes yeux dorés,
Qui m'ont souvent ensorcelé.

Je voyais la mer dans tes yeux,
En te voyant, j'étais aux cieux.
Et je m'envolais dans tes mots,
Je m'envolais tel un oiseau...

Mais aucune île où je suis partie,
Ne m'a permis d'effacer nos vies,
Dans mon coeur, s'échouent les vagues écumantes,
Comme des mots que l'amour nous chante.

Toutes les étoiles d'or que j'ai rencontrée,
M'ont toutes conseillé de t'oublier,
Mais savent-elles seulement combien je t'ai aimé ?
N'admettent-elles pas que je ne pourrais cesser ?

Millye Venusa , Paris, 12 ans

 

 

Audrey ou audodo, le 01/06/2003

Le Bonheur

La jeunesse c’est le bonheur,
Remplie de joie et de pleurs.

Sourire époustouflant,
En jouant avec ma poupée Marie-Temps.

Comme les voyages,
Au bord de la plage.

Je grandis,
Comme une petite fleur qui sourit.

Aujourd’hui c’est la belle vie,
Car les jours me sourient.

Les punitions c’est fini,
Les bobo aussi.

Audrey ou audodo , Île Perrôt, 10 ans

 

 

Marie-Ève, le 01/06/2003

Ce poème a été écrit au moment où j'avais beau crier "A l'aide" à mon inspiration, elle ne venait pas... Alors j'ai fait de mon mieux...

Promenade Nocturne

Je marchais
Sur ce petit sentier
Un sentier de souvenirs
Qu'ensemble nous avons vécus

C'était la nuit
Une nuit venteuse
Je pensais à toi
Toi qui habitait mon coeur

C'était fait
J'en étais fatiguée
De penser à ce mauvais souvenir
Un souvenir perdu

Il n'y avait aucun bruit
J'étais fille chercheuse
Tu devais venir à moi
Sinon, trop tardive serait l'heure...

PS:Salut à tout le monde, en particulier à Little Snoopy, sans oublier le jardinier avec ses merveilleux conseils!!

Marie-Ève , Montréal, 11(dans qu ans

 

 

Lylye, le 01/06/2003

La vie

La vie est si merveilleuse
Pourquoi vouloir en partir
La vie est comme un soupir
Elle passe rapidement

Ça ressemble à un petit oiseau
Ou à un papillon
C'est si beau
Comme un tourbillon

J'adore la vie
On s'amuse, on rit
Merci à Dieu, de nous donner
Ce bon moment de répit qu'est la vie

Faut la prendre avec le sourire
Découvrir l'enfant en nous
Qui joue à la cachette avec nos souvenirs
Pour qu'on les oublie pour toujours

Le vent dans les cheveux
La nature au bout des doigts
Comme dans un rêve
On se promène dans un champ

Un air à la bouche
On fredonne notre chanson
On cueille une fleur
Et on respire le bonheur

De la petite fourmi à l'éléphant
On est tous là à admirer
La plus formidable des journées
Qu'est le premier jour du printemps

Les petit fruits poussent lentement
Jaillissent de partout, les cris des enfants
Et la mer qui fait des vagues
À l'aube de l'été, au soleil levant

Les éclairs retentissent
Les moineaux sifflent
Et dans le ciel, ils s'en vont
Passer du bon temps au chaud

L'automne est arrivé
Il n'y a plus une miette d'été
La lune vient nous visiter
Trop tôt, elle est revenue

Les flocons ont enneigés nos maisons
Le froid rigoureux est arrivé
Notre foulard cache nos joues
Tous le monde en est fou
De cette neige qui est tombée

Pour moi, la nature est un cadeau
Que l'on ne devrait pas sacrifier
Elle nous montre toutes ses parures
Ô Dame Nature, ON T'AIME

Lylye , Québec, 19 ans

 

 

Déborah, le 31/05/2003

OTAO .
Si je pouvais ,
Je prendrais ce qu'il y a de meilleur en vous
Pour ne faire qu'une seule personne .
Toi, Théo, je prendrais
Ton sourire malicieux
A toi, Aristide , je prendrais ton corps
Par contre , pour toi , Olivier l, je prendrais tes yeux bleus pétillants de joie
Et pour toi, Olivier, je prendrais
tes cheveux de jais ,
Et tout ça ne fera qu'une seule personne du nom de Otao .
Le caractère d'Otao sera une fusion du caractère d'Aristide , de Théo , d'Olivier et d'Olivier . Otao sera drôle , fabuleusement drôle , créatif , sensible , beau , généreux , galant et d'un courage sans limite .
Voilà .
C'est tout .
Ceci est comme une déclaration , et si l'un de vous est sur ce site , qu'il prévienne ceux que j'aime .

Déborah , Sillery, 10 ans

 

 

Malorie, le 31/05/2003

Me revoilà seule à nouveau
Face à mes pensées,mes souvenirs,
Face à ces pleurss et tant de rires,
A quand des jours meilleurs,de plus beaux?
Le crépuscule entame sa douce descente
Me laissant bientôt en proie aux peurs.
Peurs que crée la nuit si noire;Ma soeur
Où es-tu?Qu'es-tu devenue?Reviens!
Tu verras,il fera soleil,sans nuages demain
Je t'en prie,fais-moi oublier cet étrange,
Ne m'abandonne pas à cet hideux ange
Qu'est solitude de corps et d'esprit,
Ange que l'on craint toute notre vie.
La lumière se fait rare et l'ombre
Une fois de plus envahit l'air,
Tout en change,même l'atmosphère...

Mais tu es bel et bien partie.
Pour toi plus d'espoir d'aucune vie.
Tu as préféré t'en aller,t'enfuir!
Comment veux-tu qu'on ne puisse te maudire
Pour cela?Et t'aimer encore plus à la fois?
Tu nous as laissés,tu m'as laissés moi.
J'espère que parmis ces êtres de la nuit
Tu es et que tu t'y trouves mieux qu'ici.

ô ma soeur garde-moi une place à tes côtés
Car un jour moi aussi je vais m'en aller.
Et là-haut,il ne saurait y avoir ni solitude,ni douleur.
ô ma soeur,attends-moi...Rejoignons nos coeurs!!!

Malorie , st Paul(ile de la la Réunion), 19 ans bie ans

 

 
pages résultantes :211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280
 
Recherche :