rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Malorie, le 31/05/2003

Les paroles se perdent au grè des vents,
Elles s'envolent,parcourent les océans;
La musique,un doux air,les suit,veillant;
Le ressac des vagues...je t'aime!.Attends!!!

Malorie , St Paul(île de la Réunion), ds 25 jour ans

 

 

Alyssa, le 31/05/2003

Nature .
Couchée dans l'herbe tendre
La pluie tombant sur moi
Je réfléchis
Pourquoi les hommes détruisent tout ?
Hier encore je me promenais
Dans la forêt de l'Aubépine
Remplie d'arbres et de buissons
Aujourd'hui lorsque je voulus me promener
Je trouvai une route goudronnée
Plus d'herbe verte ,
Plus d'animaux ,
Plus d'arbres ,
Plus rien .
Le vide .
Le néant .
Ils ont détruit mon petit paradis naturel
Le seul endroit où je me sentais bien
Le seul endroit où la rêverie côtoyait
L'attention que réclament les devoirs
Ils ont tué le seul endroit que j'aimais
Et ça , je ne leur pardonnerai jamais .

Alyssa , Paris, 16 ans

 

 

Hélène S, le 31/05/2003

Sonnet pour l’impossible.

Ce matin d’un jour de mai, l’aube m’est témoin,
Voit de son œil unique mes amours déchus.
Les nuages s’amoncellent dans le lointain,
Comme si mon malheur venait troubler les nues.

Si la flamme du ciel ne semble pas paraître,
Laissant sur nos têtes les cendres accumulées,
Le soleil en mon cœur consumme tout mon être
Sans que les larmes puissent arrêter le foyer.

Car la Lune des nuits - ces nuits perdus pour nous,
A tes yeux magnifiques a donné sa couleur.
Cet amour a grandi - cet amour pour les fous,
Et nourrit en mon sein ses terribles ardeurs.

L’amour secret se fait le despote, le roi,
D’un monde où la douceur a le goût des nuits brunes,
Où les beaux sentiments se glacent dans le froid
Et où les souvenirs crachent leur amertume.

Si l’amour infini qui montait dans les âmes,
Ne monte plus bien haut dans les cœurs aujourd’hui,
C’est que nos beaux amours qui prennent l’air du drame,
Se meurent en silence de n’être pas compris.

Hélène S , Margut (Ardennes, pays de Rimbaud), 14 ans

 

 

lindsay, le 31/05/2003

JE T'AIME

Avril est passée
Mon amour est resté
Octobre viendra,
Uniquement avec toi,[car]
Rien ne peut arrêter mon amour pour toi

lindsay , montfermeil, 15 ans

 

 

Karina, le 31/05/2003

une feuille d'or
Une feuille rousse
Un frisson de mousse
sous le vent du nord

Quatre feuilles rousses
le soleil s'endort
Quatre feuilles d'or
dans la brume douce

Mille feuilles rousses
que le vent retrousse
Mille feuilles d'or
sous les arbres morts

Karina , Montreal, 17 ans

 

 

Marine plus souvent appelée Little Snoopy, le 31/05/2003

Voilà le tout dernier !

T’écrire ces vers
(à Florian)

Laisse-moi t’écrire à l’encre de mon cœur
Laisse-moi guérir tes plus âcres douleurs
Apprends-moi encore à cueillir les jours
A cueillir l’aurore comme on cueille l’amour.

Laisse-moi obstinément m’accrocher à toi
Laisse-moi simplement te dire que j’y crois
Croire en ce qui nous lie, en ce que tu m’apportes
Ces mots que t’écris qui me rendent plus forte.

Laisse-moi t’aimer même si je ne sais comment
Laisse-moi te montrer la place que tu prends
Une place qui t’effraie comme mes mots et mes rimes
Comme la flamme qui renaît du plus sombre abîme.

Laisse-moi t’offrir mes plus douces émotions
Laisse-moi te dire ma plus tendre affection
Mais tu crois si fort ne pas la mériter
Tu me cries encore de ne pas m’obstiner.

Laisse-moi m’immiscer et t’apprendre par cœur
Laisse-moi te donner ces myriades de douceurs
Donne-moi alors rien que ce que tu veux
Tu pourras lire encore la tendresse dans mes yeux.

Laisse-moi te peindre dans mes plus beaux poèmes
Laisse-moi t’atteindre pour noyer ma peine
Noyer mes maux dans ces vers de fortune
Mon écho jusqu’à toi, la passion que j’assume.

Laisse-moi continuer à te dire, à t’écrire
Laisse-moi profiter de ce si doux plaisir
Jamais je n’oserai te demander plus encore
Je ne prendrai que ce que tu m’offres alors.

Laisse-moi puiser dans le fond de ton âme
Laisser-moi percer le mystère de ton charme
Te délivrer de ces chaînes qui t’enserrent le cœur
Et brûler tes peines à la flamme du bonheur...

Marine plus souvent appelée Little Snoopy , Pommerit Jaudy, 18 ans

 

 

Anais, le 30/05/2003

Etre la première brise du matin pour toucher ta peau
être goutte d'eau dans ton verre pour caresser tes lèvres
être la lune pour t'éclairer dans les ténèbres
être le soleil pour te réchauffer
être tout pour que tu m'aimes
ça, je peux le faire
mais vivre sans toi, ça je ne sais pas
quand tu la regardes elle et pas moi
je suis hors de moi
même si tu m'ignores
moi, je t'adore
je t'aime
je suis désolée que ce poème n'est pas de rimes mais il m’est venu comme ça, à l'instant, pour un garçon que j'aime mais qui est déjà pris avant même que j'ai pu lui dire que je l'aimes alors, pour ceux qui liront ce poème, n'oubliez jamais de dire je t'aime !

Anais , Marseille, 14 ans

 

 
pages résultantes :212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281
 
Recherche :