rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Demi Lune, le 17/05/2003

Ton âme

Lorsque tu ne vois plus que du noir devant toi,
lorsque la vie te semble pénible,
alors, songe à moi
et en l'espace d'un instant
je te redonnerai la foi

Je ne suis ni un ange, ni un prophète,
je ne suis pas non plus une illusion
mais bien réelle
et bien plus près que tu ne peux l'imaginer

Je ne détiens pas de recettes miracle,
ni de potion magique
mais je détiens la clef de ton cœur
et le chemin de tes rêves

Tu ne peux me toucher,
ni me contempler
mais en tout temps, tu peux me parler
et chaque fois, je te conseillerai

Mon nom n'est ni Sarah, ni Noémie
Je ne suis ni la vie, ni la mort
Je suis la partie la plus profonde de toi,
celle que l'on appelle ton âme...

Bienvenue à toi Demi Lune ! Le jardinier

Demi Lune , Alma (Qc, Canada), 16 ans

 

 

Nando, le 17/05/2003

Aimer, c'est voler et toucher les ailes des oiseaux

Nando , Bruxelles, 13 ans

 

 

Dab, le 17/05/2003

Merci à ceux qui m'encourage, j'aime bien quand vous me faites des commentaires, ça m'aide à réfléchir à ce que je pourrais arranger ! Je vous adore ! Je suis nouvelle et j'espère pouvoir écrire des poèmes pour vous tous les jours ! Alors voici mon poème du jour...

Journée désirée

J'ai désiré une journée tant et si bien que lorsque la journée est venue, elle n'était plus aussi agréable que je le croyais...

Je n'ai plus d'inspiration...qui que se soit, je vous lance un défi, finissez mon poème ! Si la fin est bonne, il vous sera dédié !
Alors, bonne chance !
Dab qui vous aime !

Dab , Montreal, 14 ans

 

 

Eve, le 16/05/2003

je ne suis seulement qu'un arbre.
je suis seul au milieu de la forêt.
je pleurs pour que l'on m'apprécie.
je suis invisible et inutile.
aimez-moi je suis si seul.

Bienvenue à toi Eve et à ton arbre! L'arbre à poème et tous les petits poètes sont très heureux d'accueillir un nouvel ami arbre ! Ainsi entouré, ton arbre ne sera plus jamais seul! Le jardinier

Eve , Montreal, 14 ans

 

 

Malorie, le 16/05/2003

Je viens de voir les nouveaux poèmes et j'aimerai féliciter Menthe pour "Au commencement du jour",j'ai vraiment hâte de relire un de tes poèmes récitatiques...Et Fabiola et Dab,vous écrivez très bien,Fabiola j'adore ton dernier poème.J'espère que vous ne quitterez pas l'arbre de si tôt!
Pour ma part,plus le temps d'écrire sauf ces deux petits vers simples que j'aime.

Je contemple la Lune et me pique d'une rose,
Je regarde le sang et à ma bouche le dépose.

Voilà!A bientôt amis poètes!

Malorie , st Paul(île de la Réunion), 18 ans(bie ans

 

 

Marie-Ève, le 16/05/2003

Douleur

J'ai peur de ma douleur
J'ai peur que ça devienne trop fort
Elle me hante à toute heure
Elle est à tout jamais gravée dans mon corps

Je veux pouvoir être mise en honneur
Sans être ailleurs
Face à ma douleur
Que je vis chaque jour
Qui continue à me jouer des tours

Sans arrêt je la fuis
C'est parce qu'elle m'envahit
Mais c'est mon rêve de vie
De ne pas souffrir lorsqu'arrive la nuit

Marie-Ève , Montréal, 11 ans(dan ans

 

 

Lila Autier, le 16/05/2003

Aux quatre coins du vent,
La lune étincelante berce ses enfants
Les flots déchainés s'écrasent en hurlant,
La forêt chante les sanglots du temps,
La pluie tombe lentement,
Le sol résonne alors comme un tambour gémissant.
C'est son cri déchirant,
C'est la colère sourde, le mal lancinant,
Qu'elle crie, qu'elle crie juste au vent
Comme un défi lancé au hasard du moment,
Pour tous ses semblables qui souffrent inutilement,
Juste pour le bonheur qui meurt à chaque instant,
Mais plus encore que le cri, c'est le silence saisissant,
Qui vient après, qui vous plonge dans le tourment,
La vérité blessante de ces propos d'enfants,
Vous déchire, vous tue,vous entraine vers le néant.
Aux quatre coins du vent,
Les enfants de la lune pleurent doucement
Le ressac de la mer se fait caressant,
La forêt ne chante plus mais murmure tristement,
La pluie s'est arrétée progressivement,
Le sol de tambour est silencieux maintenant,
Devant l'exactitude de ces propos d'enfant,
Qui avait tout compris tout simplement
Et peut être mieux encore qu'on ne l'avoue vraiment.


Bravo à tous (y compris au jardinier pour un si bel arbre !)bisous.

Lila Autier , St Maur, 13 ans, 14 ans

 

 
pages résultantes :229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298
 
Recherche :