rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Thibault, le 14/04/2003

L’arc-en-ciel

Entre la pluie et le soleil,
Je devine un arc-en-ciel

Comme un pont multicolore
Il brille comme de l’or

Il m’arrive de rêver
Que je ne pourrais le toucher

Et m’allonger sur ses couleurs
Pour me remplir de bonheur.

Thibault , Chateau-Gontier, 7 ans

 

 

Ilhem, le 14/04/2003

C'est un très beau site, les enfants!!

Ilhem , Metz, 19 ans

 

 

ShookOnes, le 14/04/2003

J'étais à toi peut-être avant même de t'avoir vu
ma vie, en se formant, fut promise à la tienne
ton nom m'en avertit par un trouble imprévu
ton âme s'y cachait pour éveiller la mienne

Pour toutes les fois où j'ai voulu te prendre dans mes bras
pour toutes les fois où j'aurais voulu te dire:
tu me manques quand tu n'es pas là
pour toutes les fois où j'aurais voulu te voir rire
pour toutes ces fois, et celles à venir
ces moments auxquels je pense la nuit avant de dormir
le temps, c'est compliqué, faut le définir

à mes nombreuses prières
la réponse est clair...
Il n'existe aucun dieu

ShookOnes , Lanaudière (Québec), 19 ans

 

 

Hélène S, le 13/04/2003

Que l'espoir qui brûle et qui nous défigure ait un jour pitié des mots que l'on murmure...

Hélène S , Margut, 14 ans

 

 

Milie, le 13/04/2003

Ambition tordue

L’avenir au loin semble n’être qu’une fâcheuse déception
Tourne dans ma tête des idées d’humiliation, d’abandon
De cette ferveur que, jusqu’alors, personne n’a su m’arracher
Maintenant, j’ai cette faiblesse qui gruge ma confiance dentelée
J’avais peur, c’est certain, la Hantise ne m’a jamais délaissé
Mais, aujourd’hui, mes idées embrouillées n’arrivent plus à effacer
Le souvenir de mots incompris, de pensées insensées, dérisoires
Prendre le temps de m’arrêter, souffler un peu, oublier le savoir
Mon rêve a t-il seulement déjà été de conquérir un Monde inconnu?
Ce siècle robotique qui ne se préoccupe en rien de ce que je m’évertue,
À transmettre, à faire couler aux creux de mains et d’esprits ouverts
Esprits qui n’existent qu’au profondeur de l’inconscient, esprits qui ont souffert
Parfois tant qu’un message désespérément camouflé leur est évident,
Les rejoint comme s’il était né de leur propre encre, leur main d’enfant
Ma raison s’efforce tout de même encore, à me nuire, me réduire
À une pauvre griffonneuse de papiers sans valeur, qui, pour la gloire, doit fuir
Cette voie irréelle et enchanteresse qu’est l’imagination où il n’y a de barrière,
Qu’en dehors de celle-ci, cet univers perdu, méconnu et qui se confond, solitaire
On la nomme folie, on la croit évanouit, on s’en sert pour répandre le mépris
On en rit comme d’une bonne plaisanterie alors qu’elle est pourtant source de vie

Milie , St-Charles-Borromée (Québec), 17 ans

 

 

Malorie, le 12/04/2003

Merci pour ces bravos que je tiens à reconduire à Marine,lila et les autres poètes.
Mais petite précision Marine,je n'ai pas écrit(malheureusement) "La paix des profondeurs",c de Jean Galbot,c'est écrit en dessous...Voilà mon nouveau poème.

Extraits de vie.
Feuille de papier jauni
Preuve du temps fini
Souvenirs de passé-ci
Simples bribes dans l'oubli
Sont nos extraits de vie.

Des temps heureux ou maudits,
Abîmées par des torrents de pluie,
De tant d'heures en pleurs
Passées dans la bleue peur.

Des éclats des sentiments
Peut-être moins beaux qu'avant,
Sont rattrappés au vol,
D'une rupture ou d'un dol.

A leur vue un silence profond,
Emplit nos esprits,le tréfond,
Une surface lisse,des sourires et des yeux,
Font partis de nos vie,élément si précieux.

Feuille de papier jauni,
Preuve du temps fini,
Souvenirs de passé-ci,
Simples bribes dans l'oubli
Sont nos belles photographies.

Malorie , St paul(Ile de la Réunion), 18 ans

 

 

Priscou, le 12/04/2003

Avant que tu partes


Avant que la vie ne t'emporte mamie,
Je voulais te dire un grand merci,
Pour toute l'attention que tu me portais,
Pour tout l'amour que tu me donnais.
Avant que tu partes au ciel mamie,
Je voulais te dire deux mots aussi,
Ces mots qui pour moi sont dilemne,
Je voulais te dire que je t'aime.

( Pour ma "mémé" chérie d'amour qui je sens part petit à petit. Je veux qu'elle sache que je l'aime).

Et bien Priscou, emmène ta grand-mère aimée voyager sur l'Arbre et qu'elle découvre ton poème à elle dédié. Le jardinier qui vous salue toutes deux.

Priscou , Belleville, 15 ans

 

 
pages résultantes :249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318
 
Recherche :