rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Elise, le 07/04/2003

Toi...

J'ai beau essayer,
De ma pensée,
Je suis incapable de t'effacer
Alors, comment songer,
À t'oublier.

Mes yeux passionnés,
sur ta beauté,
sont rivés.

Lorsque je te parle, t'écris ou te vois,
À cause de toi,
Je ne suis plus moi.

Je flotte alors sur un nuage,
Car j'ai ton image,
Devant mes yeux éblouis,
Te voilà, beauté infinie.

Oui, Toi, infinie beauté,
J'aimerais t'avoir toujours à mes cotés.

Elise , ddo, 11 ans

 

 

Maupetit Indy, le 07/04/2003

Ras le bol de l'école
Le maître nous a donné des cahiers
Dès que l'école a brulé
Nous les avons jeté dans le feu.

Au feu, les cahiers!
Il y a l'école qui brûle!
Au feu, les cahiers!
Il faut tous les brûler.

Quand l'école s'est faite inondée
Nous avons tous crié
A l'eau, les classeurs!
Il y a l'école qui pleure!

Maupetit Indy , Nice, 9 ans

 

 

Hélène Solot, le 07/04/2003

Dédicacé à des amis qui étaient si proches et sont aujourd'hui si loin.

Les restes d’une bouée.

Je me raccroche à ce souvenir,
Comme on se raccroche à une bouée.
S’il est vrai que la Fin doit venir,
Je n’serai pas la « pauvre naufragée ».

Car si ce souvenir doit être le seul survivant,
D’une année qui expire et se pleure mourant ;
Car si ce souvenir doit être le seul à briller,
Dans mon ciel pour des années et encore des années.

Alors, aube après aube, ce souvenir restera,
Le pain de tous les jours où le temps est trop froid ;
Et je survivrai à travers et pour lui,
Des jours après des jours, des nuits après des nuits ;
Du temps où nous étions si simplement amis,
Je garderai en vie le souvenir endormi.

Mais si un jour la lune vous trouve tout éveillé,
De mots qui se retournent les paupières embuées ;
Et si l’envie vous prends, juste à votre tour,
De vous souvenir de ce qui fut un jour…

…Alors raccrochez vous aux restes de la bouée :
Les autres finiront toujours par vous retrouver.
Et ainsi tous ensemble, à notre tour revenus,
Nous reprendrons le chemin d’une amitié perdue.

Hélène Solot , Margut (Ardennes: pays de Rimbaud!), 14 ans

 

 

Mounien Marjorie, le 07/04/2003

Dans cette bulle, je suis enfermée
Je voudrais juste pouvoir m’évader
Je me sens seule, triste et inconsolable
Mais heureusement je sais qu’il est là…

Je pourrais toujours compter sur lui,
Il me réconforte et me donne du courage,
Il me montre les bons côtés de la vie.
Grâce à lui, l’horreur du monde s’efface.

C’est lui qui me guide et me fait vivre,
Grâce au poème, je peux m’évader
De ce monde tout à fait triste
De la bulle, je peux sortir sans clef.

Mounien Marjorie , Sarcelles, 16 ans

 

 

Maupetit Agathe, le 07/04/2003

Le mélange
Le soleil se lève,
Tout, tout doucement,
Comme de la sève,
Il a la couleur du volcan.

Mais plus tard les nuages arrivent,
Sur les rivages et les rives.
Ils éclatent, ils grondent
Et mouillent tout le monde.

Les nuages et le soleil
Jouent dans le ciel,
Comme des chevreuils
Dans des feuilles.

Maupetit Agathe , NICE, 11 ans

 

 

Oceane, le 07/04/2003

La coccinelle


Vole, vole petite coccinelle
Ne pleure pas, je vole avec toi
Ne t’ en fait pas petite coccinelle
Je vais te ramener chez toi
Les fleurs sont si jolies
Ne soit pas triste
Tes amies vont revenir.

Oceane , Chateau-Gontier, 7 ans

 

 

Cécile, le 07/04/2003

Ce poème a été écrit en pensant très fort à une amie qui porte le même prénom que moi et qui a déménagée. Elle me manque beaucoup, et elle restera mon amie pendant toute la durée de ma petite existence.

Partie.

Tu es partie.
Comme les guerriers quittent la patrie,
tu es partie.
J'essaie de réussir ma vie
sans toi comme amie,
mais elle est moins jolie.
Et quand je repense à ce que je t'ai dit
"Allez, va, déguerpi"
je ne m’aime pas, je ne la relis pas.

Cécile , Asnières-sur-Seine, 11 ans

 

 
pages résultantes :253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322
 
Recherche :