rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Bridin, le 24/03/2003

La poésie ici est très bien, bien que c'est dur pour moi de comprendre parce que je suis irlandais, je pense que tous sont très bien et les enfants sont très intelligents. Mes félicitations à vous tous!

Bridin , Newry, 18 ans

 

 

Tavet Jérémy, le 23/03/2003

Le printemps

le printemps c'est la saison où les arbres bourgeonnent
où les oisillons oisillonent
où les oiseaux chantent avec de petites voix aiguës
où le mauvais temps est vaincu
où les arbres retrouvent leurs couleurs
bref, c’est ma saison préférée

Tavet Jérémy , Mennecy, 12 ans

 

 

Kirikou, le 23/03/2003

Ca n'est pas moi, détrompez-vous,
Ce sont mes yeux qui pleurent
Pour se rincer de tout ce qu'ils ont vu,
De toutes ces horreurs!

Faut-il encore qu'il y ait des innocents
Qui chaque jour emplissent des tombes
Morts sous les bombes
De tous ces présidents

Kirikou , , 20 ans

 

 

Bibi_folken, le 23/03/2003

à Lia

Que tes rêves soient beaux
Qu'ils plongent ta peine dans l'oubli
Qu'ils te transforment en oiseau
Et un plus qu'hier embellissent ta vie.

Qu'ils comblent tes yeux
Afin que tout devienne radieu

Que dans la nuit noire
Ils puissent te consoler
Qu'ils chassent tes cauchemards
Et te les fassent oublier.

Mais sache que s'ils n'y arrivent pas,
Moi, je serai toujours là pour toi.

Bibi_folken , Le pays imaginaire, 20 ans

 

 

Lia, le 23/03/2003

Flagrant délit de mélancolie!

à Bibi_Folken

Laisse-moi ceuillir cette perle salée
Qui pointe le bout de son nez
Sous ton doux regard d'ange
Et s'apprête à le souiller.

Laisse-moi y glisser une phalange
Pour m'adonner aux vendanges
De toute ta tristesse
Qui toujours me dérange.

Laisse-moi anéantir ce qui te blesse
D'un simple geste de tendresse
Car le malheur est contagieux
Et qu'il gâche la jeunesse.

Laisse-moi sécher tes yeux
Car ton bonheur m'est précieux
Et que la vie, c'est toujours mieux
Quand on est deux!

Lia , Belgique, 20 ans

 

 

Sophie, plus souvent F4, le 23/03/2003

Woah, merci pour tous les messages encourageants que j'ai reçu ! Ca fait
toujours plaisir, surtout s'il s'agit d'un poème sur lequel on a passé pas mal de temps... Mais en matière de temps passé à écrire c'est celui ci-dessous qui détient le record... Je vous laisse juger, et bravo à tout le monde, particulièrement Marine, Milie, Marjo, Graziella, Cécile, et tous les autres que j'oublie mais que j'ai toujours
plaisir à lire !!!!!!!

LA FILLE-LUNE


Un étrange crépuscule
A enveloppé dans ses bulles
Montagnes et mers.
Plus de lumière,

Le soleil a disparu.
Une fille marche dans la rue.
Sa peau est aussi blème,
Que la neige dont elle semble être l’emblème.

Ses lèvres sont aussi blanches,
Que la clarté brumeuse qui dans l’air s’épanche.
Ses cheveux sont si clairs,
Que d’eux seuls semble émaner la lumière.

Une fille a passé, brillante ombre,
Éclairant dans son sillage les ruelles sombres.
Sa robe est aussi éclatante
Qu’un fleuve laiteux aux dérives lentes.

Ses mains sont aussi froides et fines
Qu’une aiguille qu’on illumine.
Son corps gracieux est aussi frêle
Qu’une sculpture de glace au cours du
dégel.

Une fille-lune au visage rond
Grimpe sur le toit d’une maison.
Son visage d’opale est si rayonnant
Que le reste d’elle-même est devenu néant.

C’est un jour sans jour ;
La pénombre, l’obscurité toujours.
La fille n’est plus qu’un visage
Qui oscille entre deux âges.

Et la folle tempête des forces réveillées
L’emporte au ciel noir, opaque d’été.
On croirait la nuit,
Il est midi.

Levez vos regards :
Ce n’est pas encore le soir ;
Regardez la fille-lune,
La lune diurne.

Sophie, plus souvent F4 , , 13, dans d ans

 

 

Elise, le 23/03/2003

Angele et Angela
sont de petits pandas
et leur maître
aime leur apprendre à tracer des lettres

Leur école est bizarre
car il y a une mare
où grandissent des bambous
tout ça est très fou


Elise , Asnières-sur-Seine, 8 ans

 

 
pages résultantes :264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333
 
Recherche :