rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Mounien Marjorie, le 11/04/2006

Enfin je peux revoir ma chère feuille blanche,
Et te voilà mon encre pleine d’espérance
Ah ! Je t’ai cherché depuis tellement longtemps
Je t’ai cherché dans mon cœur, à la moindre fente

Je ne t’y ai pas trouvé sans savoir pourquoi…
Encre pleine de vers , viens-tu que quand j’ai mal ?
Ne veux tu plus de moi quand je vis dans la joie ?
Ne préfères-tu pas les phrases heureuses aux râles ?

J’ai tenu des heures ma plume sans rien dire,
Sur du papier me semblant sombre et sans vie
Aucun mot n’est sorti de mon âme heureuse
Pas un, dans cette plume autrefois si danseuse !

Mais, poésie, tu es dans mon sang, je le sais
T’éteindre de moi, tu ne le pourras jamais
Alors, je t’attends encre de mon existence
Tu reviendras et je t’attendrai patiemment…


Mounien Marjorie , s, 19 ans

 

 

Mounien Marjorie, le 11/04/2006

Comment fais-tu pour m’offrir autant de bonheur ?
Il suffit que tu me regardes dans les yeux
Pour que j’oublie chacun de mes petits malheurs,
Pour que mon cœur me murmure qu’il est heureux…

Il y a quelques jours nous étions inconnus,
Il y a quelques jours j’étais très souvent triste
Ma vie était pluie et tu as su l’éblouir,
Grâce à ton sourire qui soigne mes blessures.


Je me demande comment j’ai fais tout ce temps
Pour avoir vécu sans tes bras autour de moi,
Pour avoir vécu sans la chaleur de ta voix,
Tout va tellement mieux quand nous sommes ensemble !

Je ne sais combien de temps cela durera,
Je ne sais où nous mènera notre histoire
Je ne sais pas comment je ferai sans toi,
Mais vivons au présent sans penser au plus tard

(fin 2005)

Mounien Marjorie , sarcelles, 19 ans

 

 

alice-marie, le 10/04/2006

Les cinq sens

Entendre chanter les oiseaux
Voir un choucher de soleil et la vue du ciel
Sentir la chaleurr du soleil
Goûter le moelleux du miel
Sentir la fleur du matin et le ciel en fin de journée


alice-marie , Nyon-Suisse, 10 ans

 

 

Diane, le 07/04/2006

Nuit et espoir
La nuit soudain se fait plus sombre
Les étoiles ne brillent plus.
Une pâle lueur frémit
C'est la lune qui luit dans l'ombre.

C'est de ma petite fenêtre,
Qu'inlassablement j'attends, je
Guette l'espoir qui me fera
A la vie, au bonheur, renaître.

Doucement, comme dans un rêve,
Il arrive. Et une lumière,
Chaude, douce, envahit ma chambre
Et fait avec la nuit la trève.

Diane , Nantes, 14 ans

 

 

Hind, le 06/04/2006

vive la paix

Hind , casablanca, 10 ans

 

 

majda, le 05/04/2006

VIVE LA LIBERTé
O!qu'il est gai;
de voir apparaitre la verité
d'avoir sa liberté
sa propre responsabilité

o!quelle image;
quel beau paysage
Jamais je ne tournerai cette page
pour ne pas m'enfermer dans une cage

o!mon coeur
o!mes douleurs!
je me rattache toujours à toi
je ne te lacherai plus
VIVE MA LIBERTé ma responsabilité ;
c'est la verité

majda , meknes, 11 ans

 

 

jubille, le 05/04/2006

Une petite pluie naïve
le long des rives
se mirait,pensive,
c'était une petite pluie naïve...
.
Passa un vent un grand vent
d'autan qui lancinant violent
.
Rendit concave
la petite pluie naïve :
dans une cave
pensive elle pénétra,
.
S'excusant tout allant
auprès des habitants
de tant et tant
de dérangement !
.
" A la porte,la pluie ! "
firent ces manants
méchants
et elle,de froid toute bleuie :
.
" Mes amis,
pardon ! pardon pardi
si je mouille vos radis
et de graves soucis
.
Suis pour vous la cause !
vraiment,après cela je n'ose
vous demander asile
mais par Saint-Gilles
.
De moi prenez pitié !
vos péchés
foi de petite pluie
vous seront remis ! "
.
" Dehors ,la pluie! "
firent les habitants
méchants
et elle,de froid toute bleuie,
.
Une corde chercha
pour se pendre plus à l'aise
portant ses pas
vers une glaise
.
Peu hospitalière !
" Petite pluie naïve
lui dit fière
la dame à la faux pensive
.
Chez moi tu peux t'abriter
nul ne t'en délogera
nul ne t'y dérangera
ici,tu peux t'éterniser..."
.
Petite pluie acquiesça : elle n'avait pas le choix !
et c’est de loin je crois
de la fable l'endroit
où je pleure le plus,moi !

jubille , montreal, 11 ans

 

 
pages résultantes :61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130
 
Recherche :