rbre à oèmes
Pour les enfants et pour les raffinés

Recherche :  
 

Voici les messages et les poèmes qui nous ont été envoyés
( 4544 feuilles sur notre arbre ! )
pages résultantes :87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156
 
Tu peux aussi déposer une feuille
 

Louise, le 30/08/2005

Je voudrais être…

Je voudrais être un oiseau,
Pour voler haut, très haut.
Un oiseau du bonheur,
Qui ne jamais répand la peur.

Je voudrais être la mer,
Si douce et si amère.
Mais parfois ténébreuse,
Je serais une mer heureuse.

Je voudrais être un nuage,
Si gentil et si sage.
Mais des fois lourd et épais,
Je ne serais pas très mauvais.

Je voudrais être un soleil,
Pour montrer mes merveilles.
Mais dont certains font dommage,
Je ne serais que trop sage.

Je voudrais être du vent,
Vif, émouvant et charmant.
Quelquefois trop tanant,
Je ne serai pas éprouvant.

Mais je n’ai pas le choix,
Je dois rester comme ca.
Je suis et toujours serai,
Celle qui a trop rêvé
..

Louise , Montréal, 12 ans

 

 

Sarah, le 26/08/2005

"La jolie ribambelle

C’est une jolie ribambelle
Qui se promène.
Une jolie ribambelle
Qui s’égrène
Comme un collier de mots,
De mots doux,
D’aveux encore plus beaux ;
Qui caressent la joue."


J'ai écrit ce texte quans j'avais 9 ans, pour participer à un concours "okapi".

Ce site est vraiment génial, j'm'empresse de continuer à le visiter, et à le mettre dans mes favoris =)

Sarah , paris, 16 ans

 

 

Coline, le 24/08/2005

On voit mourir toute chose animée,
Lors que du corps l'âme subtile part.
Je suis le corps, toi la meilleure part :
Où es-tu donc, ô âme bien-aimée ?

Ne me laissez par si long temps pâmée,
Pour me sauver après viendrais trop tard.
Las ! ne mets point ton corps en ce hasard :
Rends-lui sa part et moitié estimée.

Mais fais, Ami, que ne soit dangereuse
Cette rencontre et revue amoureuse,
L'accompagnant, non de sévérité,

Non de rigueur, mais de grâce amiable,
Qui doucement me rende ta beauté,
Jadis cruelle, à présent favorable.

Un petit poeme de Louise Labe, poétesse du 16eme siècle, je sais pas si beaucoip de monde la connait, on peut tous se voir en elle pour ce qui est de la douleur amoureuse.

Note du jardinier : Merci Coline pour ce poème de la belle et enflammnée Louise. Pour ceux qui souhaitent la découvrir, rendez-vous : http://www.poesie.net/labe2.htm

Coline , minneapolis, 18 ans

 

 

Coline, le 22/08/2005

Salut tout le monde. voila jai 18 ans heure francçise, et je voulais dire merci à tous les poètes et au jardinier. Cela fait maintenant 3 ans que je viens et la plupart d`entre vous avez trouvé des mots là où je ne pouvais pas et m`avez souvent aidée a me comprendre moi même et à avancer dans ma vie.
Mon prochain message sera un poeme promis, même s`ils ne sont pas extras.
Merci encore.

Quel joli message plein d'espoir Coline. Les petits poètes et moi même attendons tous ton poème avec impatience. Parle nous de la couleur du ciel chez toi et aussi ... des arbres. Le jardinier

Coline , Minneapolis, 18 ans

 

 

RANIA, le 20/08/2005

Un Pays ça veut dire...

Un pays ça veut dire
La joie de vivre,
Des personnes libres
Des gens heureux,
Pas paresseux

C'est là où l'hiver, est la saison du bonheur,
Où l'on joue sans avoir peur
Où l'on apprend en s'amusant
Voire en chantant

Un pays ça veut dire des coeurs joyeux,
Vivre sans être malheureux,
Le tout avec un bel accent,
Un lieu ou sont rois les enfants

RANIA , Villeneuve St Georges, 20 ans

 

 

coline, le 18/08/2005

Je suis la lune, tu es le soleil, je ne peux pas briller sans toi.

le soleil et la pluie
l`amour et la haine
la mort et la vie
la joie et ta peine

Tout passe sauf mon amour
Pour toi. Il est si pur
Il a tout endure pour toi
ta haine, cette fille, ton froid
Maintenant j`abandonne, c`est si lourd
De te voir, sourir, rire sans moi amour
Je ne veux te voir aimer
Comme je t`ai aime.

Les larment coulent sur mes joues, mais
Tu n`es plus la pour les boire
Mon corps saigne, tu ne refermeras pas cette plaie
comment aurai-je pu croire
Que te voir me detruierai
Alors que tu m`avasi rendu ma paix

Notre amour etait sur
Tu m`avais rendu ma foi
Comme par magie je croyais en toi
Mais surtout en moi et notre futur.

Tu m`as aimee, arrachee
A ma vie d`hier, a mon passe.
Je l`ai pleuree au creux de toi, dans tes bras
Aujourd`hui, je pleure tes bras

coline , minneapolis, 17 ans

 

 

Jocelyn, le 17/08/2005

J'ai voulu en prenant ma plume
Ecrire un poème à ma petite brune
Mais hélas, lorsqu'à son visage, je repense
Mon coeur s'emplit d'amertume et de souffrance.

Jocelyn , St-Denis (Réunion), 15 ans

 

 
pages résultantes :87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156
 
Recherche :